There is no comment

Blog tags

There is no tag
Ma robe Madeleine....
Ma robe Madeleine....
Aline THOMAS
Jul 07, 2018

Confectionnez un robe avec vos textiles d'enfance..

 

Le premier jour de l’été a pour moi l’odeur délicate du linge propre, doré au soleil et fraichement dépendu. C’est cette odeur enveloppante qui me berçait lorsque je me glissais dans le petit lit tout juste fait par ma grand-mère, le premier soir des grandes vacances. Ce moment je le voulais comme un rituel. Je montais les escaliers, ma grand-mère me précédait et me disait « allez hop, dépêche-toi, le marchand de sable ne va pas t’attendre ». Elle soulevait ce grand drap bleu et blanc de son geste si sûr et élégant. Je pouvais alors me jeter avec confiance dans cette vague de douceur, sous laquelle je ne tardais généralement pas à m’endormir.

 

Ce drap blanc et bleu, il a longtemps été posé sur une étagère de mon armoire. Je le dépliais parfois juste pour retrouver peut- être cet embrun de bonheur niché quelque part dans un coin de ma tête. Puis je le repliais et le laissais de longs mois dans l’obscurité d’un placard. Il y a quelques semaines, je l’ai sorti pour la millième fois, mais j’ai décidé de ne pas le ranger. Sans pouvoir l’expliquer, il fallait que j’en fasse quelque chose, qu’il reprenne vie loin de cette étagère. Alors durant des jours, posé sur un fauteuil, je l’ai regardé, ausculté, retourné, froissé et j’ai fini par trouver … J’allais en faire ...une robe ! Une robe qui me rappellerait le geste sûr et élégant de ma grand-mère, une robe qui serait ronde et délicate comme l’odeur du linge séché au soleil.  Cette robe je l’appellerai Madeleine.

 

J’ai mis du temps avant de trouver la coupe que je souhaitais ; j’ai mis du temps aussi à entailler ce drap avec mes ciseaux de couture. Puis après un peu de travail et de patience, Madeleine a pris vie ! Je ne l’ai pas encore portée, mais la regarder me fait sourire. C’est comme si elle avait toujours été là et en même temps elle a l’allure d’un nouvel été.

 

Nous avons toutes des « textiles » en héritage. Un drap, un plaid, une taie d’oreiller, une nappe qui nous rappellent un petit morceau de notre enfance ou d’un petit bonheur. Comme les objets, ils sont vivants. Les détourner font d’eux des acteurs de notre propre histoire. Et même si leurs fils sont parfois fragiles, en les regardant de plus près, vous verrez qu’ils  sont comme des petites rides aux coins des yeux, creusées d’avoir trop souri.

 A vos ciseaux mesdames, votre robe Madeleine vous attend !

 

 

Leave your comment